Switch Language

Alexandra Stefanakis est une de nos photographes créative contemporaine majeur, poète visuel, du courant pictorialiste puis du style « New Pop » qu’elle revendique, étant passé de l’argentique aux pixels.

Cette Française née de la rencontre d’une mère Italienne pianiste, et d’un père Grec ingénieur BTP, qui lui offrira son premier appareil photo à 8 ans, révèle très jeune ses talents artistiques que ses parents encourage à développer, et son don se couronnera par la belle réussite de ses études à l’école des Beaux Arts de Marseille.

Elle travaille vite dans la mode et la publicité tandis que le monde de la musique lui ouvre ses portes.

A 21 ans elle est lauréate du Prix de la technique Polaroïd ainsi que le prix du reportage de l’agence Synergie attribué par JeanLoup Sieff.

Elle se consacre alors, à la réalisation de reportages, de portraits de la scène musicale de l’époque ponctuée de rencontre incroyable ; Christian Vander, Miles Davis, Ray Charles, Chuck Berry, Fela Kuti, dont elle capte littéralement   leurs lumières intérieures avec magie et son incroyable maîtrise technique. Elle saisit l’instant présent et nous montre l’expressivité qui se dégage des portraits de musiciens complices aussi viscéralement qu’elle le ressent.

« Les images ont des sons » est une exposition en noir et blanc de tirages argentiques tirés sur du papier en panneaux de 2 mètres qui rend un vibrant hommage, ressenti par les visiteurs, aux icônes du Jazz. Kodak est alors son partenaire.

Dans la même idée, elle mêle avec bonheur et une puissance qui nous interpelle diverses techniques qui impriment au plus profond de la rétine du spectateur lors de l’exposition de 1996 à la Gomme Bichromaté intitulé «  Les Couleurs du Jazz »

Re-édité dans divers lieux sur 10 ans.

Entre 1996 et 2002 elle est directrice artistique dans l’événementiel sur de nombreux projets et collaborations

(Yves Mourousi, Renault, Jaguar, Naf Naf… et plusieurs salons de la Porte de Versailles. Elle participe au Fiht dans le cadre d’une commande avec la société Canon pour le lancement de la gamme «Power shot» destiné au grand public  pour laquelle elle invente un concept aujourd’hui courant : un véritable studio de photo implanté au cœur même du stand Canon.

Il en ressort un travail éditorial commandité par un magazine de mode.

Elle photographie d’innombrables célébrités pour des publications qui diffusent son travail. Durant cette période elle approvisionne l’agence Gamma.

Bien évidemment son talent reconnu est mis à contribution dans de nombreuses occasions : citons une commande d’un éditeur  ou elle photographie des robes de Haute couture en noir et blanc pour un ouvrage «  Expression Delta pro » ou elle magnifie  ses modèles ayant pour écrin les palaces Parisiens.

Alexandra Stefanakis est une de nos photographes créative contemporaine majeur, poète visuel, du courant pictorialiste puis du style « New Pop » qu’elle revendique, étant passé de l’argentique aux pixels.

Cette Française née de la rencontre d’une mère Italienne pianiste, et d’un père Grec ingénieur BTP, qui lui offrira son premier appareil photo à 8 ans, révèle très jeune ses talents artistiques que ses parents encourage à développer, et son don se couronnera par la belle réussite de ses études à l’école des Beaux Arts de Marseille.

Elle travaille vite dans la mode et la publicité tandis que le monde de la musique lui ouvre ses portes.

A 21 ans elle est lauréate du Prix de la technique Polaroïd ainsi que le prix du reportage de l’agence Synergie attribué par JeanLoup Sieff.

Elle se consacre alors, à la réalisation de reportages, de portraits de la scène musicale de l’époque ponctuée de rencontre incroyable ; Christian Vander, Miles Davis, Ray Charles, Chuck Berry, Fela Kuti, dont elle capte littéralement   leurs lumières intérieures avec magie et son incroyable maîtrise technique. Elle saisit l’instant présent et nous montre l’expressivité qui se dégage des portraits de musiciens complices aussi viscéralement qu’elle le ressent.

« Les images ont des sons » est une exposition en noir et blanc de tirages argentiques tirés sur du papier en panneaux de 2 mètres qui rend un vibrant hommage, ressenti par les visiteurs, aux icônes du Jazz. Kodak est alors son partenaire.

Dans la même idée, elle mêle avec bonheur et une puissance qui nous interpelle diverses techniques qui impriment au plus profond de la rétine du spectateur lors de l’exposition de 1996 à la Gomme Bichromaté intitulé «  Les Couleurs du Jazz »

Re-édité dans divers lieux sur 10 ans.

Entre 1996 et 2002 elle est directrice artistique dans l’événementiel sur de nombreux projets et collaborations

(Yves Mourousi, Renault, Jaguar, Naf Naf… et plusieurs salons de la Porte de Versailles. Elle participe au Fiht dans le cadre d’une commande avec la société Canon pour le lancement de la gamme «Power shot» destiné au grand public  pour laquelle elle invente un concept aujourd’hui courant : un véritable studio de photo implanté au cœur même du stand Canon.

Il en ressort un travail éditorial commandité par un magazine de mode.

Elle photographie d’innombrables célébrités pour des publications qui diffusent son travail. Durant cette période elle approvisionne l’agence Gamma.

Bien évidemment son talent reconnu est mis à contribution dans de nombreuses occasions : citons une commande d’un éditeur  ou elle photographie des robes de Haute couture en noir et blanc pour un ouvrage «  Expression Delta pro » ou elle magnifie  ses modèles ayant pour écrin les palaces Parisiens.